Versione stampabile

Jean-Luc NANCY

La selva

	 
  

Celle multiple qui se tient

À la lisière de nos vies

Celle repaire de panthères

D’énigmes de cercles de ciels

	 
  

Celle clairière disposée

Là devant nous indécidés

Si nous pénétrons ses voies

Leurs pistes dépourvues de signes

	 
  

Celle tant sylvestre et feuille

Où branches à peine s’écartent

Griffeuses torses et cinglantes

Justes bonnes au sanglier

	 
  

Celle sylvaine murmurante

Sylphes et faunes affairés

Nymphes dessous la rude écorce

Mouillées de liqueurs arborées

	 
  

Sève de très haute vertu

Déliée délicieuse nue

Gracieuse dame forestière

Au goût de mousse et de terrier

	 
  

Selve enclose du souvenir

Déclose par la belle force

D’un poème l’autre appelant

D’arbre en arbre tout hérissé

Per citare questo articolo:

Jean-Luc NANCY, La selva, Repères DoRiF Les voix/voies de la traduction - volet n.1 - coordonné par Laura Santone - octobre 2015, DoRiF Università, Roma octobre 2015, http://www.dorif.it/ezine/ezine_articles.php?id=266

Ritorna alla Barra di Navigazione