Ruggero DRUETTA, On ne l’aura jamais assez répété…