Print Friendly, PDF & Email

Karine Marcelle ARNEODO

 

 

Ressouvenir d’une main en aparté
De l’étreinte douce-amère
Qui poétise l’efflorescence
De la rose doyenne

 

Avant que rime n’entame
La pleine écluse du décours
La closerie du jour en sa tanière
Et les rondos de mondes adamantins

 

Avant que l’eau dormante ne tutoie
La rive ourlée dans un son sourd
Obscure à soi comme un méfait
Dans le pays des violes impatientes

 

Avant que loi n’édicte son forfait
Où souffle dur un vers à soi
Qui tue au cœur d’un contrepoint
L’angoisse avide des cantilènes

 

 


Per citare questo articolo:

Karine Marcelle ARNEODO, « Poème », Repères DoRiF, n. 25 – Les processus de communication : oralité, écriture, digital, DoRiF Università, Roma, ottobre 2021, https://www.dorif.it/reperes/karine-marcelle-arneodo-poeme/

 

ISSN 2281-3020

Quest’opera è distribuita con Licenza Creative Commons Attribuzione – Non commerciale – Non opere derivate 3.0 Italia.